Catégories
Guide Impression 3D Matériaux

Cuisine saine avec votre imprimante 3d – Partie 1

Ce titre pourrait paraître provocateur à certains : comment un outil aussi technologique que l’imprimante 3d pourrait produire une cuisine saine ? Dans cet article, nous souhaitons vous expliquer le fonctionnement de Cakewalk 3d du point de vue des aliments et vous proposer des conseils simples pour une cuisine qui vous fait plaisir et du bien à votre corps.

Cette première partie est dédiée au fonctionnement de l’extrudeur et aux grands principes pour la composition de vos repas avec votre imprimante 3d. Dans la seconde partie, nous vous expliquons quelques astuces simples pour cuisiner dans un environnement sain.

Comment fonctionne Cakewalk 3d ?

Cakewalk 3d est un extrudeur culinaire qui vient se fixer sur de nombreux modèles d’imprimantes 3d cartésiennes FDM, à la place de l’extrudeur plastique. Il vous permet de la transformer simplement en une imprimante 3d de nourriture.

montage de Cakewalk 3d pour imprimante 3d

L’extrudeur est constitué d’un tube en aluminium et à l’intérieur d’une vis sans fin. Cette vis tourne grâce à un moteur Nema 17 pendant la phase d’impression. Par ce mouvement de rotation, elle déplace la préparation du haut vers le bas du tube et permet sa poussée au travers de la buse.

A présent, réfléchissons au comportement du matériau pendant cette extrusion. Il s’agit de faire un peu de physique, mais rien de compliqué !

Le mouvement de rotation

Que se passe-t-il pendant ce déplacement dans la vis ? Les scientifiques parlent d’un effet de cisaillement, car on vient appliquer une force de rotation sur le matériau pour l’obliger à se déplacer. Cela implique de choisir des matériaux présentant une certaine viscosité et une élasticité.

En effet, on a besoin que le matériau revienne à son état initial après son déplacement. Dis comme cela, vous vous dites que cela doit limiter le nombre d’ingrédients… Rassurez-vous, les possibilités sont nombreuses.

Pour faire simple, vous ne pouvez pas imprimer :

  • des matériaux solides (comme le chocolat froid)
  • des poudres
  • du gaz
  • une préparation glacée ou congelée

Les purées, les sauces, les mousses, les émulsions, le chocolat fondu, le miel, le ketchup… sont des matériaux liquides, visqueux et élastiques tout à fait adaptés !

Le mouvement de poussée

Ensuite, la poussée est un phénomène très proche de ce qui se passe quand vous utilisez une poche à douille. Vous avez surement une idée de ce qui arrive à votre recette à ce moment-là.

Concrètement, les aliments passent au travers d’une buse de 1 mm ou de 2 mm. Si les molécules de votre préparation sont grosses, elles vont avoir du mal à passer à travers l’orifice de la buse. Je suis sure que vous avez déjà connu un problème avec de la crème contenant de la poudre d’amande ou du praliné qui reste coincé dans votre poche à douille !

Gardez en tête cette règle : l’orifice doit avoir un diamètre 10 fois supérieur à la plus grosse des particules de votre préparation pour que cela s’écoule bien. Sinon, vous risquez le blocage ou le déphasage de votre préparation.

Dans le cas de Cakewalk 3d, cela signifie que vous devez avoir des particules de moins de 100 microns… Voici un conseil simple pour éviter les blocages : utiliser une passoire pour chinoiser votre préparation avant de l’insérer dans le tube de Cakewalk 3d.

Et pour conclure…

Les imprimantes 3d équipées d’un extrudeur culinaire comme Cakewalk 3d ne modifient pas la structure de la nourriture, elles entrainent et poussent vos préparations. En choisissant des préparations visqueuses et bien lisses, vous pourrez facilement rendre vos plats plus appétissants et créatifs !

Et il n’y a aucun additif à ajouter pour que cela fonctionne. La nourriture dans votre assiette n’est pas transformée par rapport à ce que vous avez mis dans le tube. Pour une cuisine saine avec votre imprimante 3d, il suffit donc de cuisiner des recettes bonnes pour votre santé !

cuisine saine avec des fruits et legumes

Choisir ses repas pour manger sainement

Maintenant que nous savons ce qui se passe pour les aliments, on peut réflechir à ce que l’on va mettre dans Cakewalk 3d pour une cuisine saine.

L’objectif n’est pas du tout de faire une leçon de morale ou bien de se prendre pour des nutritionnistes. Et vous pouvez trouver de nombreuses ressources d’information sur le sujet (livres, documentaires, videos ou podcast).

Cependant, cela me tient à coeur de vous parler de deux sujets : le sucre et les restes ! Il s’agit donc d’un avis personnel et non pas d’une recommandation scientifique ou d’expert.

pâtisserie imprimée 3d

Une cuisine saine et sucrée

Beaucoup d’encre coule sur les méfaits du sucre. A tel point qu’on peut se poser la question : manger un dessert est-il néfaste à notre santé ? Sacré question pour une pâtissière comme moi !

En suivant le cours de l’université de Stanford « An introduction to food and health », j’ai réussi à trouver une statistique que je cherchais depuis longtemps. Les pâtisseries et les douceurs ne représentent que 1/6 des sucres consommés par un consommateur américain. La majorité des sucres provient des boissons et des aliments préparés.

Sources of added sugar
Source: Stanford Introduction to Food and Health

Un second chiffre à avoir en tête est la quantité de sucre recommandée par l’organisation mondiale de la santé. L’apport de sucre doit représenter 10% des calories consommées dans la journée. Cela représente pour un adulte environ 50 g de sucre par jour (les sucres des fruits et du lait sont exclus du calcul).

Quand vous cuisinez vous même le dessert, vous savez exactement la quantité de sucre ajoutée. Et vous pouvez la réduire pour être en dessous de cette limite des 50 g.

Si la recette contient trop de sucre, sachez que cela ne changera pas trop la texture de vos pâtes ou de vos crèmes. Pour les meringues, c’est difficile de les faire tenir en changeant le ratio 2:1 (2 doses de sucre pour 1 dose de blanc d’oeuf). Dans ce cas là, mieux vaut jouer sur la quantité par personne.

La réduction des quantités de sucre est une grande tendance de la pâtisserie des chefs. Si vous aimez les livres de recettes de pâtisserie française, prenez le temps de comparer les recettes des années 80 de Gaston Lenôtre avec des livres publiés ces dernières années. La différence est flagrante !

pommes pourries sur le sol

Limiter le gaspillage alimentaire

Si l’on regarde d’un point de vue global la production alimentaire, on se rend compte que nous produisons pratiquement assez de nourriture pour tous les êtres humains. Pourtant près de 800 millions de personnes sont radicalement sous-alimentées !

La FAO indique qu’environ 33% de la production de nourriture est gaspillée; pendant le processus de production / transport et transformation/conditionnement. Mais aussi par les foyers ! En France, cela représente 240 kg de nourriture jetée par personne, dont 40 kg directement depuis notre frigo.

Une partie d’entre nous a la possibilité de mettre ces produits périmés au compost. Mais si nous réflechissons à la quantité d’énergie que nous avons utilisé pour produire, transporter, emballer ces aliments qui finissent dans nos poubelles, on comprend vite qu’on marche sur la tête.

Il y a plein de savoureuses façons d’utiliser des légumes moches, du pain rassis, des restes de viande. Les soupes, les boulettes, les croquettes, les compotes, les purées sont les plus connues. Avec un mixeur et l’impression 3d alimentaire, vous avez une solution supplémentaire !

Cakewalk 3d imprime du guacamole sur une crêpe

Enfin, je vous partage une astuce très personnelle. Une semaine par mois, je ne vais pas faire les courses. Je m’oblige à utiliser que ce qui reste dans mon frigo et mes placards. C’est un bon exercice de créativité culinaire et cela m’a permis de réduire la quantité d’aliments périmés.

Pour aller plus loin

Si ce sujet et celui des liens de l’agriculture et du réchauffement climatique vous intéresse, je vous recommande de lire les articles ou de suivre sur les réseaux sociaux Bruno Parmentier, auteur du blog Nourrir-Manger (en français).

Une cuisine saine au quotidien avec votre imprimante et Cakewalk 3d est un objectif facile à atteindre pour chacun d’entre nous. Après cette première partie consacrée à choisir les bonnes recettes pour votre extrudeur culinaire, nous avons crée un second article consacré à l’environnement de votre imprimante 3d et un bonus à découvrir !

Une réponse sur « Cuisine saine avec votre imprimante 3d – Partie 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.