Catégories
Guide Impression 3D

Imprimer en 3d de la nourriture est-il safe pour la santé? : l’expert George Anthony Mediema

L’impression 3D de nourriture offre plein d’avantages et nous publions régulièrement à ce sujet dans ce blog. Mais il existe aussi des risques sanitaires, qu’il faut connaître avant de se lancer.

Pour cela, nous avons eu la chance de discuter avec un des experts en la matière George Anthony Mediema. Il vient de terminer une thèse à l’université de sciences appliquées Van Hall Larenstein, après un diplôme en sécurité alimentaire et santé.

Son sujet de thèse ?

Avec l’émergence du marché de l’imprimante 3D alimentaire, de nouveaux problèmes concernant la sécurité alimentaire ont émergé. Il est nécessaire de consommer des aliments imprimés en 3D en toute sécurité pour améliorer le marché et garantir la sécurité des imprimantes 3D de table pour les foyers. La littérature sur la sécurité alimentaire concernant les imprimantes 3D est rare. En raison de la rareté des recherches scientifiques concernant la sécurité alimentaire, dans ce cas, de nombreux tests doivent être effectués en laboratoire pour déterminer la sécurité des produits. Les produits doivent avoir des niveaux acceptables de micro-organismes et nous devons vérifier que les organismes ne s’accumulent pas dans les biofilms dans l’appareil. Les procédures de nettoyage de l’imprimante 3D doivent être suffisantes pour éliminer et réduire les dangers à un risque acceptable. Les produits d’imprimante 3D ne devraient pas avoir une date de péremption nettement inférieure à celle des produits similaires. Enfin, la gestion des allergènes au sein de l’imprimante 3D doit être clarifiée. Tous ces problèmes de sécurité sanitaire des aliments doivent être définis et gérés à l’aide d’une évaluation des risques basée sur le HACCP (Hazards Analysis Critical Control Point).

George Anthony Mediema

Nous avons décidé de lui poser des questions et demander des conseils. Il a gentiment accepté de nous répondre et de nous présenter son travail.

Comment vous êtes-vous intéressé à l’impression 3D de nourriture ?

Au cours de mon étude sur la technologie alimentaire, j’ai vu d’autres étudiants faire des recherches sur l’impression 3D des aliments, principalement sur le développement de produits. En raison de ma spécialisation en sécurité alimentaire, j’ai recherché des articles liés à la sécurité de l’impression 3D des aliments.

Une imprimante 3D alimentaire est dans la zone grise entre une installation industrielle de transformations miniature et un ustensile de cuisine. Les deux perspectives donnent une manière différente de voir l’appareil en tenant compte de la sécurité alimentaire. 

Avez-vous testé différents types d’imprimantes 3D ?

J’ai principalement utilisé les imprimantes 3D qui fabriquent des couches superposées par la méthode de l’extrusion, principalement les byFlow. J’ai également travaillé un peu avec la 3dPrinterforYou et la Chocpro.

Est-ce que vous imprimez vous-même régulièrement de la nourriture en 3D ?

Je ne l’ai jamais utilisé dans un but de consommation à partir du moment où j’ai trouvé des salmonelles dans le système, je préfère rester en bonne santé.  

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre thèse ?

Au cours de ma thèse, j’ai regardé les différents risques possibles pendant le process d’impression 3D de nourriture avec les machines que j’ai utilisées.  

Extract from Georges Anthony Mediema’s thesis

J’ai principalement examiné les dangers ci-dessus et effectué une analyse des risques, pour évaluer la dangerosité du point de vue du consommateur final. Mes recherches ont montré que la gestion des allergies et la contamination croisée sont les plus susceptibles de se produire.

Les débris de particules anciennement imprimées resteront probablement dans le système. Il peut être minimisé en utilisant un bain à ultrasons pour réduire la densité des allergènes, mais ce n’est pas une garantie pour éliminer complètement le danger des allergènes, des traces peuvent encore être trouvées (par exemple des allergènes comme le gluten, les protéines de lait, etc.).

Quelle est votre opinion sur les imprimantes 3D alimentaires disponibles aujourd’hui sur le marché ?


Je pense que les imprimantes qui sont présentes sur le marché sont encore limitées en fonctionnalités et sont plutôt des chouettes extrudeuses avec ou sans fonction de chauffage, alors que des vraies imprimantes 3D qui pourraient altérer la structure des ingrédients. Il existe des imprimantes prometteuses qui pourraient changer cela. L’imprimante pixel d’une entreprise japonaise a des possibilités presque infinies pour imprimer différents produits, avec l’utilisation de différents gélifiants.

En regardant le marché en ce moment d’un point de vue plus business, les imprimantes 3D pour aliments sont plutôt chères par rapport aux imprimantes 3D normales. Les imprimantes 3D pour aliments ont maintenant des prix similaires à ceux des imprimantes 3D standard il y a 10 ans. Je n’oserais pas parier. Cependant, il pourrait y avoir dans l’avenir une ligne de tendance similaire pour les imprimantes alimentaires 3D que ce qui est arrivé sur les imprimantes 3D personnelles.

Y-a-t-il des ingrédients plus adaptés à l’impression 3D du point de vue de la sécurité alimentaire ?


L’utilisation d’ingrédients d’origine animale est toujours plus sujette à la croissance bactérienne. Ce n’est pas la plus grande menace dans le monde de l’impression 3D. Surtout, car il y a tellement de recherches sur l’impression de protéines végétales à l’aide d’une imprimante alimentaire 3D.

Selon moi, ces trois problèmes sont inquiétants et à prendre en compte pour évaluer les modèles d’imprimantes 3D de nourriture.

  1. Aucun système d’auto-nettoyage n’existe tout en gardant l’imprimante 3D petite et compacte. De cette façon, l’imprimante ne peut pas se nettoyer d’elle-même et le risque de présence de particules d’anciens produits est élevé. Pour cela, un nettoyage régulier est nécessaire pour éviter la contamination croisée.
  2. Les imprimantes dotées d’une fonction de chaleur utilisent toujours un tube en plastique. Tout d’abord, un tube métallique a une conductivité thermique beaucoup plus élevée, et c’est un gaspillage d’énergie d’utiliser des tubes en plastique. Deuxièmement, on ne sait pas combien de particules microplastiques pourraient pénétrer dans le corps humain après avoir chauffé du plastique. Ni comment elles peuvent nous nuire ainsi qu’à la nature (par exemple en extrayant la nourriture dans les excréments).
  3. La gestion des allergènes est critique. Utiliser une imprimante 3D dans votre restaurant est sûr à 95%, mais c’est mieux d’avoir un jeu supplémentaire de buses et de tubes pour être sans allergène. Si vous êtes prêt à faire l’effort, achetez une deuxième imprimante sans allergènes pour maintenir la sécurité des consommateurs finaux.

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui souhaitent imprimer de la nourriture chez eux ?

Vous connaissez les allergies que vous avez, il est donc peu probable que vous imprimiez des produits dont vous êtes allergique.

Soyez prudent avec les invités, je pense.

Et nettoyez soigneusement la machine, en particulier lorsque vous travaillez avec des ingrédients bruts.

Comment pensez-vous que cette industrie va évoluer dans le futur ?

Je vois de nombreuses opportunités, cependant, l’imprimante 3D parfaite que nous voulons tous n’existe pas encore. La majorité des imprimantes 3D actuelles sont des extrudeuses sympas, ou des mini-installations de traitement. C’est encore un produit nouveau. avec des imperfections…

Un jour, il y aura une imprimante 3D alimentaire aussi révolutionnaire que l’iPhone. Aujourd’hui, les imprimantes alimentaires 3D sont encore des prototypes de cette imprimante digne de l’iPhone. Ce n’est pas encore disponible pour le grand public comme le micro-ondes et le four et cela devrait être l’objectif final.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *